acces

Le 31/05/2012 08:52 Il y a : 7 année(s)

Elevage

Bovin lait - Bovin viande - Ovin lait

BOVINS LAIT

 

Il est désormais important de faire le point avec votre technicien troupeau sur la ration que vous envisagez de distribuer aux vaches laitières cet été.

Cela doit se raisonner en fonction des vêlages prévus et des fourrages à disposition. Si vous avez beaucoup de vaches fraîches vêlées, et surtout si vous n’avez plus de maïs, vous pouvez distribuer un ensilage d’herbe complété avec un concentré énergétique à faible risque acidogène comme le maïs grain concassé.

Suivant le stade de récolte de votre ensilage d’herbe, il peut être nécessaire de rajouter dans la ration fourragère de la fibre (paille ou foin) pour sécuriser la rumination, objectif 35 à 40% de NDF dans la ration totale ou 27-30% de NDF sur l’ensemble des fourrages.

Pour la bonne conservation de votre silo, un avancement de 15 à 20 cm par jour est important.

Attention, l’ensilage d’herbe est moins énergétique que le maïs et très variable en terme de valeurs alimentaires en fonction des espèces fourragères ensilées ( 0.65 à 0.98 UFL, 80 à 110 g de PDIN et 50 à 70 g de PDIE par kg de MS).

Cette année, l’ensilage d’herbe a poussé avec moins de soleil qu’en 2011, il est donc nécessaire de faire analyser votre fourrage pour préciser sa valeur et par la suite le rationnement optimal de vos vaches. Les techniciens d’Aveyron Conseil Elevage sont là pour vous aider à choisir la bonne solution.

 

 

 

BOVINS VIANDE

 

Les conditions environnementales de ces derniers jours (herbe haute et forte hygrométrie) ont favorisé l’apparition des tiques. Elles se logent principalement derrière les cornes de l’animal ou sous le pli du grasset.

Mieux vaut être vigilant sur la présence de tiques sur les animaux car elles peuvent engendrer des maladies graves voire mortelles. Les tiques sont à l’origine notamment de la piroplasmose et l’ehrlichiose.

Le principal symptôme de la piroplasmose est la présence d’urine sanguinolante qui nécessitera un traitement rapide de l’animal. Sans soin immédiat, cette maladie est mortelle.

L’ehrlichiose (également appelée fièvre du pâturage) est une maladie qui s’apparente à la grippe avec des symptômes comparables : température, chute de la lactation, pneumonie. Les conséquences sont aussi très préjudiciables : la montée des températures pouvant engendrer des avortements.

 

Pour éviter la prolifération de ces acariens, il convient d’entretenir le mieux possible les haies. En tout état de cause, une bonne observation des animaux permettra de détecter efficacement les insectes et donc d’agir rapidement en prodiguant les soins adaptés.

Un traitement préventif peut également être administré aux animaux. Pour ce faire, contactez votre vétérinaire qui saura vous conseiller.

 

OVINS LAIT

 

Avant la fin de lactation, regardez les pis de près. Eliminez les brebis qui ont des nodules, des abcès, ou des pis déséquilibrés. Si vous avez des problèmes de cellules et des doutes sur certaines brebis, faites un test CMT avant la fin de campagne. L'élimination des brebis à problèmes constitue la meilleure prévention. Ne gardez pas les brebis en sur-effectif, réformez les rapidement.

Pour les animaux en première lactation un peu justes en état corporel poursuivez le concentré pour provoquer une reprise de poids avant la lutte.

Préparez la lutte en distribuant 300 à 500 g de concentré énergétique en fonction de la quantité et de la qualité de l’herbe offerte au pâturage : demandez conseil à votre technicien de troupeau.

Pour habituer les agnelles au pâturage de printemps, il convient de les mettre à l'herbe si elles savent manger 1,2 kg de foin. Toutefois, continuez à leur donner du foin et du concentré (500 à 600 G par jour).


Mentions légales | Contacts |  Plan du site |  Coordonnées